Notre mariage religieux : une grâce de Dieu

Nous présentons le témoignage d'un couple camerounais qui a pour but d'encourager les couples non mariés religieusement, qui reportent indéfiniment leur projet de mariage en raison des contraintes diverses (manque de moyens, pression des familles, etc.).

Notre témoignage a pour but d'encourager les couples non mariés religieusement, qui reportent indéfiniment leur projet de mariage en raison des contraintes diverses (manque de moyens, pression des familles, etc.). Nous souhaitons les encourager à demander la grâce de Dieu, qui Lui-même a institué le mariage. « Il n'est pas bon que l'homme soit seul » constate t-Il, avant de décider souverainement, indépendamment de la volonté humaine, de créer la femme et de l'unir à l'homme. Avec l'intercession de la Sainte Mère de Dieu et des Saints, et par Jésus-Christ notre Seigneur, qui commence son ministère par un « coup de pouce » à des mariés à Cana, Dieu ne peut que répondre favorablement à l'appel fervent, sincère et honnête de deux personnes qui s'aiment, qui Lui demandent de lever les obstacles à leur projet de s'unir devant son Autel. Y compris des obstacles apparemment anodins mais qui déteindraient sur la joie des époux et de leurs invités, comme le manque de vin (Noces de Cana) ou la pluie !

Après 10 ans de mariage civil, l'une des premières résolutions qui nous est apparue impérative dès nos premiers pas à l'Opus Dei était de nous présenter le plus rapidement possible à l'Autel du Seigneur, pour nous unir devant Lui. La « régularisation » de notre situation matrimoniale vis à vis du Seigneur, à travers le mariage religieux, devenait une étape indispensable de notre cheminement spirituel, à la lumière de l'importance que l'enseignement de Saint Josémaria accorde à la famille chrétienne et aux sacrements.

Cependant, cette décision était loin d'être simple ; nous avions en effet beaucoup d'appréhensions, liées d'une part au contexte familial : les clichés culturels sur le mariage ne facilitant pas l'adhésion de la famille et même de certains amis à notre projet de mariage religieux, car pour certains, le fait pour notre couple de n'avoir toujours pas d'enfants après 10 années de mariage civil impliquait de nous renoncer à notre engagement de fidélité ! Le risque d'une situation de fortes tensions dans la famille, comme nous l'avions déjà vécu lors des cérémonies de notre mariage civil, était présent dans notre esprit. D'autre part, notre situation financière n'était pas reluisante. Nous n'avions pas d'argent pour organiser le mariage avant juin 2010 comme nous le souhaitions. Pour ces raisons nous avions traversé un mois (décembre 2009) d'hésitations, de craintes. Mais, avec les conseils, et les encouragements des membres de l'Opus Dei et de certains amis, et surtout l'évidence même, pour nous, de l'importance du sacrement du mariage pour notre vie chrétienne, nous avons persévéré dans notre projet et décidé de l'offrir totalement au Seigneur.

Nous avons confié le mariage à l'intercession de la Sainte Vierge Marie. En Lui rappelant son intervention auprès de son Fils aux noces Cana, sans laquelle les mariés auraient sans doute subi une humiliation, nous Lui demandions d'organiser Elle-même ce mariage, de nous accompagner dans la préparation spirituelle et d'intercéder auprès de son Fils pour nous donner les moyens nécessaires, et pour que tout se passe dans la paix et la joie.

Aujourd'hui après la célébration du mariage religieux, nous témoignons de ce que la Sainte Vierge Marie a favorablement répondu à notre appel, car dès le choix de la date du mariage, le Seigneur a résolu, une à une, toutes les difficultés qui se présentaient au départ et dont certaines faillirent nous faire renoncer.

D'abord, le Seigneur nous a accordé la grâce d'une bonne préparation spirituelle du mariage, grâce à la catéchèse que nous avons eue au Centre Spirituel Jean XXIII de Mvolyé, avec notamment trois retraites spirituelles de préparation, ainsi que l'accompagnement complémentaire de membres de l'Opus Dei. Au bout de cette préparation au mariage, nous nous sommes rendus compte que bien que mariés au civil depuis 10 ans, nous ignorions véritablement le sens chrétien du mariage, tel que voulu par Dieu pour l'homme et la femme, à la lumière des Saintes Ecritures. De même nous réalisions que de nombreux aspects d'une vie de couple harmonieuse nous échappaient. Chacun de nous a pu ainsi revoir sa conception de l'autre, son rôle dans le foyer, la place de Dieu dans le couple. Cette préparation a amélioré l'harmonie de notre couple, et affermit notre désir de vivre ensemble en prenant conscience et en dépassant nos défauts, malgré les difficultés et notamment l'absence d'enfant.

La deuxième grâce que le Seigneur nous a accordée, ce sont les moyens financiers nécessaires à l'organisation du mariage. Au moment où nous fixons la date du mariage, nous n'étions pas certains de boucler le budget. L'hypothèse de nous endetter avait alors été envisagée. Finalement, nous avons pu organiser le mariage avec nos propres moyens (sans dépasser la limite « raisonnable » que nous avions prévue), et une aide importante que nous avons reçue de la famille et des amis. Bien que ce jour-là nous ayons eu près du double des invités prévus, il est resté quelques vins et un peu de nourriture !

Nous aimerions souligner une grâce particulière qui pourrait sembler anecdotique, mais qui nous a épargnée d'un problème qui a été un sérieux sujet d'inquiétude pour nous quelques jours avant le mariage. Nous avions décidé, dès le départ, d'organiser le mariage dans notre maison, dans la cour qui est assez grande pour contenir les 150 à 200 personnes (famille, amis) que nous attendions. C'était un choix risqué car le mois de mai est pluvieux, mais nous n'avions pas le choix à cause de nos moyens limités, qui ne nous permettaient pas de louer une salle confortable. Dix jours avant le mariage, alors que les détails de l'organisation du mariage étaient déjà arrêtés, nous avons consulté sur Internet les prévisions météo sur la ville de Yaoundé. Elles n'étaient vraiment pas bonnes puisque le risque de pluie ce jour là allait de 60 à 90% de chance. Nous avons paniqué et envisagé de louer une salle, mais les moyens faisaient défaut. La crainte était accrue par le fait que l'eau stagne sur une bonne partie de notre cour lorsqu'il pleut. Où mettrions-nous nos invités en cas de pluie ? Alors, nous avons décidé de nous mettre en prière et de solliciter spécialement l'intercession de Saint Josémaria. Pendant les neuf jours qui ont précédé l'évènement, nous avions prié avec son image, lui disant avec confiance, que c'est à l'Opus Dei, l'œuvre que le Seigneur lui a inspirée, et à la lumière de son enseignement, que nous avons pris la décision de nous marier à l'Eglise, afin d'approfondir notre vie chrétienne. Nous lui disions qu'après avoir fait l'essentiel à notre niveau humain et compte tenu de nos moyens, nous sollicitions son intercession auprès de notre Seigneur, Lui, le Maître de toutes choses, pour qu'Il nous « épargne » de la pluie ce jour de joie. 

Ce jour là, comme annoncé par la météo, vers midi le ciel s'est couvert. Nos amis, dont notre parrain au mariage, qui aménageaient les lieux s'en inquiétaient ; ils envisageaient de mettre au moins le buffet à l'intérieur. Ma mère intervint également ; il y a une coutume chez nous qui consiste à faire planter une hache au sol par le ou la dernière née d'une famille pour « bloquer » la pluie. Elle me parla donc de demander à ma petite sœur, dernière née de la famille de le faire. Ce qui ne fût pas fait, car nous avions choisit de rester en prière, toujours avec l'intercession de Saint Josémaria. Nous étions confiants. Nous nous sommes rendus à l'Eglise pour la Messe vers 14H30. Au sortir de la Messe à 17H et avant le début de la réception, il ne pleuvait toujours pas, mais le ciel se faisait encore plus menaçant, ce qui amenait des invités à suggérer que l'on accélère la réception car, disaient t-ils, « il va pleuvoir ».

Mais finalement, il n'eût pas de pluie ce jour là, du moins dans notre quartier (Mendong). Car, en effet, nous apprîmes plus tard qu'en fin d'après-midi de ce samedi, il pleuvait abondamment dans certains quartiers de la ville, en particulier à Oyom-Abang, un quartier (où réside un couple ami) pourtant situé comme le nôtre (Mendong) dans le même secteur de la ville (Sud-Ouest) et à peine distant de 5 km en vol d'oiseau.

Notre conviction que le Seigneur nous a donné un « coup de pouce » face à cette situation potentiellement fort embarrassante pour nous et nos invités, au nombre d'environ 300, soit près du double de ce que nous avions prévu.

Nous avons remercié Saint Josémaria et rendu grâce à Dieu car avec une pluie, la fête du mariage eût été pratiquement impossible. En outre tout s'est passé dans l'harmonie et la paix, contrairement au mariage civil.

De nombreux couples dans notre société repoussent sans cesse, jusqu'à arriver à la vieillesse, leur mariage religieux, évoquant pour le justifier, des raisons matérielles, l'intervention des familles, en particulier celle de l'homme. Nous avons rencontré des cas où cette situation devient une source de conflit et de frustration dans le foyer pour l'un des époux. Ce témoignage est une invitation à ces couples à confier, dans la foi, la sincérité et la confiance, les obstacles de leur réalisation spirituelle comme couple (qui est indissociable du mariage religieux) à Dieu. Avec l'intercession maternelle de la Sainte Vierge Marie et des Saints, Il apporte à ses enfants, son aide bienveillante pour leur salut. 

                                                                                     Mélanie et François

 

      Notre demande d'intercession à Saint Josémaria « C'est à l'Opus Dei, l'œuvre que le Seigneur t'a inspirée, que l'idée et la décision d'accéder au sacrement du mariage nous sont venues, à la lumière de ton enseignement et la place importante qu'il accorde à la famille chrétienne et aux sacrements. A présent, nous nous retournons vers toi pour que tu intercèdes auprès de Notre Père, afin qu'Il nous accorde la grâce d'un mariage religieux réussi dans la simplicité, la joie et l'harmonie. Que par ton intercession, le Seigneur, Maître de toutes choses, nous épargne de la pluie, compte tenu du lieu choisi à cause des contraintes financières, pour abriter nos réjouissances avec nos amis ».